· 

retour sur image

J'écoutais Marlène SCHIAPPA qui l'expliquait il y a quelques jours (et elle avait raison) que nos propos (elle devait viser les hommes donc je me sens concerné) étaient parfois inadmissibles à l'égard des femmes et elle citait un certain nombre d'exemple (on les taxe d'hystériques alors qu'un homme sera qualifié de combatif etc.).

 

Tout cela est rigoureusement exact et la société doit évoluer.

 

Pour autant je me souvenais aussi à ce moment là de cette terrible soirée où Mme FORESTI (une femme) s'est permis de nombreuses attaques ad Hominem à l'encontre de Roman POLANSKI, triste soirée puisque nous avons du aussi supporter les propos de Mme Aissa Maiga (une autre femme) qui reprochait le peu de présence de noirs dans le cinéma Français.

 

Je ne parlerai pas d'elle tant son propos était décousu, faussement humoristique, terne et inintéressant. On me permettra seulement de me dire que c'est un bien beau pays que celui qui permet à la TV à des noirs de prétendre que l'on donne pas la parole aux... noirs...

 

Je donnerai en revanche  un avis sur l'épisode FORESTI.

 

Je le fais parce que nous avons dans ce pays perdu toute mesure en relayant la mode américaine consistant à donner à quelques "entrepreneurs moraux" le droit de s'ériger en censeurs et en arbitre des élégances.

 

Roman POLANSKI est encore aujourd'hui un des plus grand cinéaste du monde et tout ce que nous souhaitons à Mme FORESTI c'est d'arriver à son niveau mais nous n'avons pas d'illusion car pour cela il lui faudrait du talent et plus d'expérience de la vie.

 

Et c'est cette expérience qui enrichit le cinéma de Monsieur POLANSKI.

 

On ne dira jamais assez à Mme FORESTI qu'être Juif à Cracovie pendant la guerre ça peut vous changer un homme, surtout quand sa famille part en fumée. C'est plus simple d'être pitre officiel en 2021 devant un public tout acquis à sa cause.

 

Non, vous n'avez pas fait preuve de courage vous avez hurlé avec les loups.

 

On ne dira jamais assez à Mme FORESTI que voir son épouse assassinée enceinte de son enfant cela peut vous changer une destinée. Mais même cela du haut de sa suffisance elle ne l'a pas compris.

 

Mais bon, le crédit qu'elle accorde à MME SAUVAGE, elle  le refuse à Monsieur POLANSKI.

 

On ne dira enfin jamais assez à Mme FORESTI que juger en 2020 l'état d'esprit des années soixante c'est faire preuve de bien peu de discernement.

 

En tout cas les propos tenus ce soir là étaient consternants de bêtise et pour tout dire l'humoriste ce soir là ne m'a pas fait rire.

 

Traiter d'ATCHOUM le réalisateur de TESS, du pianiste, de Ghost writer du locataire, de Rosemary baby, du bal des Vampire, de chinatown et j'en passe qu'elle tristesse lorsque c'est relayé sur une chaîne TV et donné en pâture à des incultes.

 

J'aurai aimé lui demander ce qu'elle avait fait elle qui doit je le suppose en tout se qualifier d'artiste, elle recycle des sketchs déjà entendus, elle  joue dans des comédies dites "à la française" qui nous donnent envie de bailler au bout de 5 mn.

 

Voila où nous en sommes désormais. Les médiocres Jugent et font la Loi.

 

La barbarie est proche.

 

En fait elle a sonné le début de la chasse à courre et bien sur la classe médiatique le doigt sur la couture a embrayé.

 

C'est si reposant de ne se poser aucune question.

 

Roman POLANSKI (comme Woody ALLEN)  n'a même pas le droit de répliquer. La chasse aux sorcières menée par les nouvelles gardiennes de l'ordre moral est insupportable.

 

Heureusement Deneuve a sauvé l'honneur.

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0